Sahel  
Le village Sahel participe au concours du village le plus propre.

Précédent   Sahel > Culture (idles) > Littérature (tasekla)

Littérature (tasekla) Faites-nous partager vos écrits, vos lectures, vos auteurs favoris, les passages qui vous ont marqué....

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1  
Vieux 22/10/2017, 17h31
Nanak Nanak est déconnecté
 
Date d'inscription: octobre 2017
Messages: 2
Par défaut Tajmilt i Tuveṛ

L’encre d’octobre
Octobre. J’ai mouché le fiel de ton ciel dans ma mémoire.
Mois de mises en terre tous azimuts, je t’attends chaque année sur le quai des départs vers nulle part.
Ton soleil mortifère m’a brûlé la peau, les os, les yeux. En dedans.
Ton humeur sournoise, noire surtout, a fauché tour à tour père, mère et frère. Un appétit vorace.
Tu as creusé des tombes et des vides autour de moi. Fermé la parenthèse des temps noyés dans l’imparfait des efforts conjugués.
Me poussant à poser ma valise des souvenirs en noir et blanc. Toute honte bue, tu reviens sans vergogne exhumer ta palette couleur rouille de vies brisées, d’odeurs d’une enfance déguenillée sur les sentiers escarpés des terres ancestrales.

Des jeux bricolés pour meubler le temps qui prend tout son temps et sans plaisir à saisir nos rêves de devenir grands.
Torturer notre quotidien d’une famille nombreuse plus que composée comme il sied aux traditions de nos contrées profondes « kabylement » correctes : de nombreuses bouches à nourrir, des dents de lait aux carrément édentées, pour deux pauvres bras usés par les coups de pelle et de pioche.
Brave Vava ! La terre nourricière exige du laboureur, en plus de la sueur, l’abnégation, un sens du sacrifice sans limite, le non-être des pauvres.

Pauvre je me suis revue sur la photo jaunie aux côtés de ce cher frère disparu ; un chenapan aussi dépenaillé que futé toujours empêtré dans des querelles mille fois réprimées, rue des aliziers. C’est dire que tous les gens du faubourg à l’époque se couvraient davantage qu’ils ne s’habillaient.

Des propriétaires terriens qui tenaient tant à leurs oliveraies, leur plus grande richesse et fierté. Qui tiraient des plans sur la comète assis autour d’un feu de bois les soirs de grand froid, suprême réconfort. Leur vie de paysans résignés a coulé longtemps sous leurs pieds et leur mémoire de glaise façonnée a survécu aux coulées de verbes étrangers. Puis le temps a tout englouti. Les morts et les vivants dans la même tombe de l’oubli.

La page est bien tournée. C’est bien ça notre destinée.
Bien des années après, le cœur rapiécé sur le quai des douleurs passées et présentes, je ne t’attendrais plus octobre des âmes mortes.

nanak
Réponse avec citation
  #2  
Vieux 15/02/2018, 23h29
Avatar de Yidir
Yidir Yidir est déconnecté
amucceḍ
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 1 998
Par défaut

Comment j'ai pas vu ce texte énorme.
__________________
limer aţţ ẓṛeḍ i yiga yiḍ
Réponse avec citation
  #3  
Vieux 15/02/2018, 23h30
Avatar de Yidir
Yidir Yidir est déconnecté
amucceḍ
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 1 998
Par défaut

Tu es belle.
__________________
limer aţţ ẓṛeḍ i yiga yiḍ
Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 17h46.


Édité par : vBulletin® version 3.8.0
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #13 par l'association vBulletin francophone
Sahelkabylie-infos.com